Blog

Sthira Sukham Āsanam: Une posture stable et confortable...

"sthira-sukham āsanam" est surement le plus connu des 195 aphorismes du Yoga Sutra de Patañjali et il n'est pas rare de retrouver cette phrase dans un cours de Yoga traduite par "la posture doit être stable et confortable".


Mais tout d'abord, de quelles postures parle-t-on?

Je souris souvent lorsque, en assistant à un cours, j'entends le professeur énoncer cette phrase en plein milieu d'une posture telle qu'Anjaneyāsana. Même si l'intention est honorable et permet surement de relâcher les muscles qui ne sont pas nécessaires au maintient de la dite posture, il est très clair à la lecture du Yoga Sutra et de ses proches commentaires (voir article) que Patañjali ne faisait en aucune façon référence à ce type de postures.


Notons tout d'abord que sur ces 195 sutras (qui ont donné naissance à l'Ashtanga ou Huit membres du Yoga), seulement trois font référence à Asana. Il est très important de comprendre que le Yoga Sutra n'est pas un traité de Hatha Yoga (Yoga de la force) aussi les postures mentionnées ou plutôt induites par Patañjali ne servaient qu'à pratiquer Pranayama (le contrôle de l'énergie par le souffle), Dharana (la concentration) et Dhyana (la contemplation ou l'état de méditation) pour pouvoir atteindre Samādhi (l'Éveil). Ces postures n'étaient donc ni plus ni moins que des postures assises ce qui, rappelons le, était toujours à l'époque le sens premier du mot "asana" qui signifiait soit l'assise (posture), soit l'objet dont on se servait pour s'assoir (ex: une chaise).


Le commentaire du Bhāsya sur ce sutra (le 2.46) énumère quelques noms de postures que le yogin (pratiquant du Yoga) peut adopter:

"Il peut s’agir de la posture du lotus (padmāsana), du héros (virāsana), de la bonne fortune (bhadrāsana), de la chance (svastikāsana), du bâton (dandāsana), avec support (sopāsraya), au giron entouré (paryanka), de la grue assise (krauñcanisadanam), de l’éléphant assis (hastinisadana), du chameau assis (ustranisadana), égale (samasamsthāna), stable et sereine (sthitaprasrabdhi) et tout ce qui est confortable (yathāsukham), etc."


Il est intéressant de voir qu'en plus de ce large panel de postures, le Bhāsya laisse également au pratiquant le choix d'adopter des assises supplémentaires pourvu qu'elles ne soient pas dérangeantes.



Une posture stable et confortable dès le départ?

Il est important de concevoir que la compréhension du Yoga Sutra n'aurait pas été aussi grande sans l'existence ni l'étude du YogaBhāsya, ce grand commentaire attribué au sage Vyāsa. On sait maintenant, grâce aux récentes études de grands érudits comme Philipp Maas, que ce commentaire fut rédigé pratiquement à la même période que le Yoga Sutra ce qui nous donne donc une idée assez précise du message que voulait transmettre Patañjali (certains avançant des arguments très séduisants prouvant que le Yoga Sutra et le Bhāsya furent écrits par la même main).


En étudiant attentivement ces deux textes sur les trois aphorismes qui nous intéressent et en suivant les travaux des grands chercheurs en la matière, il apparait impossible de dissocier le fameux 2.46 ("sthira-sukham āsanam") du 2.47 ("prayatna-saithilyānanta-samāpattibhyām"). À ce propos, le Bhāsya stipule très clairement dans son commentaire du 2.47 qu'il faut ajouter entre ces deux sutras le terme "bhavati" qui signifie "devenir, apparaitre, se révéler ou encore briller":

"Le mot bhavati doit être ajouté à cette phrase. Soit la posture est atteinte par l'arrêt de l'effort où le corps ne tremble pas. Soit l'esprit, absorbé dans l'Infini, amène à l'achèvement de la posture."

(Bhāsya, traduction de P. Mass)


Alors:

sthira-sukham āsanam (2.46)

Une posture stable et confortable…

prayatna-saithilyānanta-samāpattibhyām (2.47)

{se révèle} à travers la relaxation de l’effort ou l’absorption dans l’Infini.

Lues comme une seule et même phrase, ces deux aphorismes révèlent que les postures adoptées ne doivent pas nécessairement être stables (sthira) et confortables (sukha) dès le départ, mais que c'est par l'arrêt de l'effort ou par l'état de méditation que la posture s'accomplie réellement.


Il y a donc généralement de l'effort (prayatna) et de l'inconfort (dukham) dans toute posture adoptée, et ce n'est qu'avec le temps et la pratique que la posture se révèle au yogin.

"sthira-sukham āsanam" ne concerne donc généralement pas le début mais plutôt d'une certaine manière la fin d'une posture.


Pour aller plus loin:

Le troisième sutra:

tato dvandvānabhighātah (2.48)

De par cela, {le yogin} n'est plus éprouvé par les paires d’opposés.


Il faut pour comprendre la signification de ce sutra se tourner vers le Bhāsya:

"Par la maîtrise de la posture, le yogin n'est plus éprouvé par les couples froid et chaud, etc" Ce à quoi des commentaires plus tardifs ont ajouté d'autres paires telles que la faim et la soif, le jour et la nuit ou encore le lourd et le léger.


Lecture en parallèle:

Je vous conseille vivement de lire le merveilleux article (en anglais) de Seth Powell sur le Yogapatta, cette sangle que les ascètes se nouaient autour des jambes pour tenir leur assises des heures durant dans leur pratique de tapas (disciple et austérité) et de la méditation. (Voir le lien)


Traduction mot à mot des aphorismes:

sthira-sukham āsanam (2.46):

sthira: stable, ancré, établi, immobile

sukha: facile, confortable, joyeux

āsana: posture, assise


prayatna-saithilyānanta-samāpattibhyām (2.47):

prayatna: effort, activité

saïthilya: relaxation, lâcher, diminution

ananta: l'Infini, illimité, éternel

samāpatti: absorption, méditation, rencontre


tato dvandvānabhighātah (2.48):

tato: de cela

dvandva: couple, paire, opposés

an-: absence de

abhighāta: affliction, coup


Namaste.


Références:

. "Yogabhāsya de Vyāsa sur le Yogasūtra de Patañjali" traduit par Pierre-Sylvain Filliozat

. "Yoga Philosophy of Patañjali: Containing his yoga aphorisms with Vyasa's commentary in sanskrit and a translation with annotations including many suggestions for the practice of Yoga" de Swāmi Hariharānanda Āranya

. "The Yogasūtras of Patañjali" par Seth Powell: Cours en ligne Yogic Studies.

. "Sinister Yogis" de David Gordon White.

. "Les Racines du Yoga" de Mark Singleton et James Mallinson.


219 vues0 commentaire